Connecteu-vos amb nosaltres

món

Denonciation de l'ex-emir du mouvement des moujahidines du Maroc des allégations formulées per Luk Vervae

COMPARTIR:

publicat

on

L'affaire du belgo marocain, Ali Aarrass, qui a été longtemps suivie par la presse a connu un nouveau rebondissement avec la sortie médiatique de l'ex-emir du mouvement des moujahidines du Maroc (mouvement terroriste), Abderrazak Soumah, en réponse aux déclarations de l'éditeur et l'activiste sur la problématique carcérale, Luk Vervaet au sujet d'Ali Aarrass.

Dans un vídeo, publicate sur you tube, Abderrazak Soumah fait de nouvelles révélations sur son compagnon d'armes, Ali Aarrass et dénonce les allégations mensongères formulées per Luk Vervaet qui, selon lui, induisent en erreur toute une communauté marocaine et européenne surtout quand il evoque le fait que Ali Aarrass est innocent de son parcours terroriste.

En aquest vídeo, l'ancien leader du mouvement terroriste es va penedir a la disposició de n'importe quelle partie ou organització qui cherche des précisions sur l'implication d'Ali Aarrass en l'affaire du mouvement terroriste, des moujahidines du Maroc pour éclairer. l'opinion publique marocaine, européenne et internationale sur les supercheries d'Ali Aarrass

Abderrazak Soumah denonce els mensonges proférés alors que Ali Aarrass i ell mateix pertanyien al moviment des moujahidines du Maroc des de 1981. S'ha afegit que Luk Vervaet s'entrain de blanchir, de fet, un professional en el tràfic d'armes quan il témoin qu'il era assistit en un café lors de son arrestation à Melilla, alors que Soumah lui-même avait reçu de lui une cargaison de pistolets au Maroc pour s'attaquer aux vrais innocents. 

«Au lieu de prendre sa défense, il devrait», at-il poursuivi, «défendre la vie de tous, sobretot celle des belges et des espagnols des grands risques que presentent Ali Aarrass qui cachent en Europe les armes à feu que Abderrazak Soumah a refusé de recevoir de lui au Maroc l'any 2003».

Il lui reproche també le fait de dire que Aarrass va ser obligat de signar son PV d'audience en 2010 et qui ne savait pas lire o écrire en arabe, alors qu'il era gérant d'une librairie arabe qui s'appelait « Noor » à Bruxelles et dont Luk a témoigné l'existence, et ce, contrairement à Aarrass qui ignorait son existence tout le temps.

anunci

Aquesta biblioteca, segons la mateixa font, està especialitzada en la venda d'ouvrages en arabe i financera pel fons del moviment des moujahidines du Maroc.

Au subjecte of this organization, Abderrazak Soumah a indicat qu'il necessitait savoir que l'organisation is «based sur une clandestinité solide et total que personne ne peut franchir pour detecter ou repérer un de ses membres». Il a, à cet égard, donat l'exemple de plusieurs épouses de ses confrères qui ne connaissaient même pas els vrais noms de leurs époux, leurs vraies familles, leurs vraies adresses ou leurs déplacements.

Abderrazak Soumah a révélé que lui-même, quan son emir l'a enviat dans les années 90 a Afghanistan, Ali Aarrass i els altres frères no li savaient pas. Et lui-même ne sait pas maintenant où Ali Aarrass cache les armes qu'il a introduits au Maroc.

Par ailleurs, l'ex-emir du mouvement des moujahidines du Maroc a, par ailleurs, précisé que ceux qui pertanyien al mouvement des mouhjahidines au Maroc sont encore en vie à l'oriental et al nord du Maroc i també un cas a França qui Connaissait molt bé la realitat d'Ali Aarrass.

De ce fait, il s'est demandé « comment peut-on se réjouir de l'indemnisation d'Ali Aarrass de 3 million d'euros qui sera payée de la poche des citoyens que Ali voulait déstabiliser il ya 20 ans », alors que, selon lui, « il doit rembourser ses anciens confrères qui lui avait fourni des fonds pour ouvrir des commerces en Belgique ».

Segons Abderrazak Soumah, Aarrass a acheté des milliers de pistolets que tout le monde ignore l'endroit où ils sont cachés.

Il a également souligné, en el même vidéo, que després Ali Aarrass a nié son implication avérée dans des crimes liés au terrorisme et au trafic d'armes pour quins appareils securitaires et judiciaires des trois pays ont été unanimes (le Maroc, la Belgique et l'Espagne), « comment croire à ses mensonges de torture au Maroc, si on parle d'un trafiquant d'armes, d'usurpateur et d'arnaqueur qui a arnaqué les fonds du mouvement et entrain actuellement d'extorquer toute l' "Europa".

Abderrazak Soumah a aussi interpellé Luk Vervaet per a explicar-li el seu comentari Ali Aarrass est el seul détenu parmi tous les islamistes incarcérés au Maroc qui a pu être reçu par Mandes en 2012 pendant 3 ou 4 minutes et a réussi à le convaincre qu'il était victime de torture et qu'il portait des traces de violence qui remontait à 2010 ; comment les pouvoirs publics ont laissé apparaître des traces de violence sur son corps pendant 2 ans, sans prendre la peine de les réparer ? La réponse selon lui est évidente, on est devant un vrai arnaqueur spécialisé.

Il l'a interrogé també sur « comment il explique le fait que Ali Aarrass és el seul détenu islamiste qui s'est filmé à la prison de Salé, en mostrant des séquences de souffrance, de torture à l'interior de sa cell si ce n'est pas le fameux chargé d'opérationnel en armement et logistique du mouvement des moujahidines du Maroc ».

Enfin, il s'est interrogé en disant « perquè pas moi et mes frères du mouvement qui eren jugés a 20 ans puisque nous hem la même expérience, tot simplement parce que nous tous, hem reconegut volontairement les acusacions i hem decidit de posar fin à cette mésaventure et ouvrir une nouvelle page avec l'Etat et le peuple marocain sauf Aarrass qui veut se venger ».

Arrêté à Melilla, l'1 d'abril de 2008, en vertu d'un avis de recherche datant de 2003 et transmis à Interpol, Ali Aarrass avait été remis aux autorités marocaines en décembre 2010. Il avait ensuite été condamné, en 2011, a 15 anys de presó. Une peine ramenée à 12 ans, une année plus tard per la Cour de cassation.

Libre des del començament d'abril de 2020, després d'haver purgé la pena, Ali Aarrass a regagné la Belgique tres mois més tard i va començar la campanya de diffamation contre el Maroc.

Comparteix aquest article:

EU Reporter publica articles de diverses fonts externes que expressen una àmplia gamma de punts de vista. Les posicions preses en aquests articles no són necessàriament les d'EU Reporter.
anunci

Tendències